Edgar Cayce, père de la médecine holistique moderne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Edgar Cayce, père de la médecine holistique moderne

Message par Kiwi le Mar 17 Mar 2015 - 15:57




Edgar Cayce (1877-1945), surnommé "le prophète endormi" est le médium le plus extraordinaire de la fin du 19ème siècle et de la moitié du 20ème. Il a mis ses dons au service de l'humanité de son temps, mais aussi de l'humanité d'aujourd'hui, car ses conseils de santé constituent les bases d'une médecine holistique qui tient compte avec bon sens des différents corps qui constituent l'être humain. Et ces lectures apportent aussi un concentré d'espoir...

Un résumé de la vision d'Edgar Cayce sur la maladie, la santé et la guérison au fil de ses "lectures"

"Si les assimilations et éliminations... se faisaient le plus normalement possible chez les humains, la durée de vie pourrait s'allonger autant que désiré, car l'organisme est … capable de se régénérer pourvu que les éliminations ne soient pas entravées."
Edgar Cayce

La vision d'Edgar Cayce sur la santé et les soins

Quand Edgar Cayce, pleinement conscient, envisageait l'anatomie humaine, c'était avec le regard d'un photographe portraitiste professionnel. En transe, cependant, quand "la Source" parlait à travers Cayce endormi, il devenait "diagnosticien médiumnique", faisant un compte-rendu précis de la température, de la tension artérielle et de différents autres détails anatomiques et physiques du corps du patient. Cayce pouvait décrire l'état d'un patient d'une manière tellement calme et détachée que les observateurs restaient avec l'impression de voir un médecin décrivant à ses confrères le déroulement d'un examen, en dehors du fait que les patients de Cayce n'avaient pas besoin de se trouver dans la même pièce ou dans le même pays que Cayce. Il semblait capable de voir dans le corps de son patient, d'examiner chaque organe, chaque veine et artère avec une précision microscopique et ensuite il recommandait des traitements pour restaurer ou améliorer la santé du patient. Les nombreux traitements recommandés par Cayce, une fois bien admis qu'ils ne sont pas le produit fantasque d'une imagination débridée, sont aujourd'hui considérés comme des traitements médicaux de pointe et ont valu à Cayce la distinction d'être nommé le père de la médecine holistique.

Pendant les premières années chaotiques de la carrière de Cayce en tant que diagnosticien médiumnique (1911-1927) – avant l'enregistrement et l'indexation corrects de ses lectures en état de transe et l'absence de partage de ses compte-rendus médicaux détaillés – il était pratiquement impossible de déceler sa contribution à la médecine dans un contexte plus large. À moins que le patient ne fasse l'expérience d'une guérison immédiate, Edgar et ses proches n'avaient qu'une connaissance limitée du résultat des traitements qu'il recommandait en transe. Peu ou pas d'efforts n'étaient faits pour suivre les progrès du patient ou pour déterminer l'efficacité des traitements recommandés. Seuls les dossiers contenant les lettres de remerciement en donnaient un aperçu.

Cela changea en 1928 quand l'hôpital Edgar Cayce fut créé à Virginia Beach, lieu dans lequel Cayce allait donner approximativement plus de 7000 lectures médicales avant de mourir en 1945. Avec un opérateur consacré qui mettait Cayce en transe, une sténographe pour superviser et prendre note des séances de transe et une équipe de médecins certifiés pour étudier, classer et interpréter les progrès du patient sur une longue période, il devint possible de commencer à voir l'étendue des contributions de Cayce et d'avoir une meilleure compréhension des principes généraux de santé qu'il communiquait dans les lectures. Comme le souligneraient une génération plus tard des médecins spécialistes, les lectures de Cayce ont fourni une amorce dans le domaine émergent de la médecine holistique.

Bien que les informations transmises par Cayce avaient souvent un lien avec la médecine homéopathique et allopathique de l'époque, il devint clair à la fin des années 1920 que Cayce tirait ses informations des connaissances médicales d'anciennes cultures, surtout celles d’Égypte et de Grèce. Et un bon pourcentage d'idées de Cayce étaient entièrement nouvelles à l'époque où les lectures étaient données – données parfois le jour-même où le traitement ou le produit devenait disponible au public. Certains aperçus médicaux de Cayce ont été confirmés depuis par la science médicale moderne, alors que d'autres attendent toujours d'être validés.

Le fait que de nombreux traitements recommandés par Cayce se situent dans une approche médicale habituelle de la maladie, permettait aux médecins de suivre ses conseils. En règle générale, ces traitements différaient uniquement par le mélange de médecine et de thérapies, mais impliquaient souvent autant du médecin que du patient un travail plus ardu que celui devenu la norme en médecine moderne. Pourtant le travail ardu payait. En de nombreux cas, Cayce était en avance sur son temps. Par exemple, il recommanda un jour à un enfant avec des problèmes digestifs de suivre un strict régime à base de bananes, fruit considéré dans les années 1920 comme un poison pour les enfants. Aujourd'hui, un régime à base de bananes est un traitement médical standard pour les enfants ayant une maladie cœliaque.

Les causes de la maladie selon Cayce

Le plus surprenant dans les lectures de santé de Cayce, ce sont les causes apparentes données pour diverses maladies. La Source, parlant à travers Cayce endormi, citait des raisons aux maladies qu'on pourrait considérer aujourd'hui comme désuètes, comme d'avoir les pieds mouillés ou d'avoir été exposé aux éléments, ou plus inhabituellement comme de faire descendre la nourriture en avalant une boisson sans la mâcher correctement. La Source s'éloignait le plus de la philosophie médicale acceptée quand étaient présentées des raisons ayant un lien cosmique – comme les répercussions karmiques de choix faits dans une vie précédente. Peut-être tout aussi insolite en son temps, Cayce reliait fréquemment la maladie au mental et aux états émotionnels des patients. Il annonça dans une lecture, "Ainsi il est possible … de souffrir d'un mauvais rhume en s'étant mis en colère après quelqu'un [ou] après l'avoir maudit".

Concernant certaines perturbations physiques, Cayce décrivait aussi des causes primaires qui à l'époque, comme aujourd'hui, restent non reconnues par la profession médicale. Elles incluaient des maladies comme le psoriasis qui selon Cayce était causé par un amincissement des parois de l'intestin et une fuite de toxines revenant par la suite dans l'organisme. Le corps tente alors de rejeter ces toxines par l'intermédiaire d'un autre système d'élimination – la peau ; les maux de tête, qu'il disait être fréquemment le résultat d'une congestion du colon ; et les nausées matinales des femmes enceintes, attribuées au manque de certains minéraux prélevés à la mère pour construire le corps du bébé. Il disait que les causes et symptômes ressemblaient à ceux d'un enfant qui fait ses dents. Et le traitement était le même dans les deux cas. Il disait aussi qu'une lésion rachidienne pouvait entraîner des problèmes aussi divers que l'asthme, le bégaiement et même un comportement violent.[/b]
avatar
Kiwi
Administratrice
Administratrice

Messages : 1909

http://forum-l-herbe-folle.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Edgar Cayce, père de la médecine holistique moderne

Message par Kiwi le Mar 17 Mar 2015 - 16:09


Les quatre éléments de base pour une bonne santé selon Cayce

En étudiant les lectures, les médecins travaillant avec Cayce furent obligés d'étendre leur compréhension du rôle que jouaient quatre processus de base dans la gestion de la santé du corps. Ces quatre processus, que Cayce disait affecter la capacité de nos cellules à se reproduire et à fonctionner correctement étaient :

•L'assimilation
•L'élimination
•La circulation et
•La relaxation.

L'ASSIMILATION

L'assimilation, qu'on trouvait dans presque un quart des lectures médicales, ne se référait pas uniquement à l'ingestion de nutriments dans le corps, mais aussi au processus de la digestion. Cayce déconseillait fréquemment de manger quand on est contrarié, en colère ou bouleversé, disant que se produisaient des changements physiologiques dans le corps et que les aliments devenaient indigestes et devenaient toxiques pour l'organisme. Cayce parlait aussi d'éviter certaines combinaisons alimentaires, spécialement ces aliments qui demandent différents acides pour être digérés. Si de tels aliments étaient mangés en même temps, un seul type serait digéré pendant qu'un autre resterait là à fermenter dans l'estomac devenant par là toxique pour le corps.

Comme les aliments produits en masse venaient juste de commencer à apparaître, et des dizaines d'années avant que le mouvement pour la consommation d'aliments complets devienne populaire, Cayce émettait des avertissements. Il déclarait sans cesse que les aliments raffinés, le sucre, la viande rouge et les aliments frits étaient généralement nuisibles pour le corps. "Ce que nous pensons et ce que nous mangeons – mis ensemble," disait Cayce, "font ce que nous sommes, physiquement et mentalement".

Cayce ne faisait pas que prévenir les patients de se tenir à l'écart de certains aliments, il encourageait la consommation d'autres nutriments. Par exemple, en se souvenant de l'importance mise aujourd'hui à consommer des enzymes actifs, il recommandait de manger un repas par jour comportant principalement des légumes crus. Il instruisait aussi constamment de manger des céréales complètes plutôt que raffinées, disant que les produits raffinés manquaient non seulement des nutriments nécessaires au corps, mais que de tels aliments, manquant de tous leurs enzymes et autres éléments, sont en fait toxiques pour le corps humain. Et bien que n'utilisant pas le terme contemporain phyto-chimique – l'élément nutritionnel en lien avec la couleur des aliments – il recommandait souvent des aliments d'une certaine couleur pour des maladies particulières.

Cayce parlait aussi de l'équilibre acido-basique du corps, affecté par les aliments que nous mangeons – domaine de nutrition virtuellement inconnu dans les années 1920, et qui n'est devenu populaire que de nos jours. Les directives générales d'alimentation de Cayce recommandaient la consommation de 20 % d'aliments produisant de l'acide, comme les viandes, les amidons et les sucres et 80 % d'aliments produisant des bases, comme les légumes, les fruits et les produits laitiers. À une femme de 48 ans, Cayce disait : "Moins il y a d'exercice physique … plus il faut prendre d'aliments devenant alcalins. Les énergies ou les activités peuvent brûler les acides, mais ceux qui mènent une vie sédentaire doivent éviter les sucreries ou trop d'amidons".

Il conseillait aussi les légumes souterrains comme les carottes, les betteraves et les pommes de terre comme ne devant constituer que 25 % des légumes de l'alimentation, alors que ceux poussant hors du sol, comme les salades, les courges et les tomates, devraient compter pour les 75 % restants. Il recommandait une proportion de 10 % seulement de notre alimentation en matières grasses, 10 % en protéines, 5 % en amidons et sucres et les 75 % restants en glucides complexes comme les légumes, les fruits et les céréales.

Longtemps après la mort de Cayce, un grand nombre de ses directives apparemment radicales présentées dans les années 1930 pourrait être considéré comme bien fondé. Mais certaines de ses recommandations semblent toujours étranges aujourd'hui. Par exemple, il déclarait dans plusieurs lectures que les tomates, bien que contenant plus de nutriments que tout autre aliment, si elles n'ont pas mûri sur pied, deviennent toxiques pour le corps.


L'ÉLIMINATION

Une mauvaise élimination était citée comme la racine d'un grand nombre de maladies et on trouvait des références à ce sujet dans plus de la moitié des lectures médicales. En dehors d'une absorption de nutriments, les cellules doivent aussi éliminer les déchets et toxines pour rester en bonne santé et selon les lectures de Cayce, "[Si] les assimilations et éliminations... se faisaient le plus normalement possible chez les humains, la durée de vie pourrait s'allonger autant que désiré, car l'organisme est … capable de se régénérer pourvu que les éliminations ne soient pas entravées."

Cayce suggérait de nombreux moyens aidant à l'élimination. L'un des plus simples était de boire chaque matin au lever une tasse d'eau chaude avec un jus de citron pressé avant de manger, ce qui aide apparemment le corps à éliminer les toxines rejetées pendant le sommeil. De même, il recommandait de faire des exercices respiratoires chaque matin pour éliminer les toxines concentrées dans les poumons provenant des caractéristiques de la respiration superficielle du sommeil. Des mesures alimentaires étaient aussi recommandées pour améliorer l'activité intestinale, comme de manger des légumes à feuilles et des compotes de fruits (figues et raisins). Il suggérait aussi de boire au moins 6 à 8 verres d'eau par jour.

Dans des cas extrêmes de toxémie [intoxication généralisée], Cayce recommandait des lavements, ajoutant que ces derniers peuvent être aussi utiles aux gens en bonne santé. "Car tout le monde – tout le monde – devrait effectuer de temps à autre un bain interne comme externe". Cayce recommandait aussi fréquemment des jeûnes de trois jours avec des pommes, et parfois des jeûnes de quatre jours, sous forme de cure de raisin ou des jeûnes de cinq jours avec des oranges pour les cas les plus extrêmes de toxémie. Alors que le jeûne avec des pommes tendait en particulier à avoir un effet de nettoyage sur les intestins, selon Cayce, il "participe au nettoyage du foie, des reins et de tout l'organisme".
avatar
Kiwi
Administratrice
Administratrice

Messages : 1909

http://forum-l-herbe-folle.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Edgar Cayce, père de la médecine holistique moderne

Message par Kiwi le Mar 17 Mar 2015 - 16:12

LA CIRCULATION

Le troisième aspect d'entretien d'une bonne santé, selon Cayce, est la circulation. "La circulation … est la principale propriété du corps ou ce qui garde vivant l'organisme tout entier," disait-il souvent en transe et des références à la circulation apparaissaient approximativement dans 60 % des lectures. Mettant l'accent sur le rôle que joue la circulation dans l'assimilation et l'élimination, il soulignait que "Il n'existe pas d'état du corps dont le reflet ne puisse être ramené à l'irrigation sanguine, car le courant sanguin transporte non seulement les forces de reconstruction du corps, il emporte aussi les forces usagées et les élimine pareillement par les mêmes voies". Dans la même lecture, Cayce avait fait une surprenante remarque prophétique : "Le jour arrivera bientôt où l'on pourra prendre une goutte de sang et diagnostiquer l'état du corps".

Cayce faisait référence non seulement à la circulation artérielle, mais à la lymphatique, qu'il considérait comme aussi importante. La Source parlait du fluide du système lymphatique comme le "sang blanc" ou le "sang lymphe" et soulignait qu'à la différence du système artériel qui a le cœur et les muscles des parois des artères, le système lymphatique ne possède pas de pompe en propre et il dépend d'autres méthodes pour charrier les déchets hors du corps. Une méthode recommandée par Cayce était le massage. Bien que qualifié de "dorlotage" pour personnes désœuvrées, Cayce voyait le massage comme curatif, particulièrement pour les sédentaires.

Le moyen le plus naturel de conserver une bonne circulation générale, autant de la lymphe que du sang, disait Cayce, est l'exercice physique. Comme il le soulignait dans une lecture pour une femme de 46 ans, "L'exercice physique est merveilleux et nécessaire – et peu de gens le considèrent comme nécessaire, de manière systématique". Pour un autre patient il disait que l'exercice "n'est pas quelque chose à prendre à la légère ou à négliger". Des étirements quotidiens, des mouvements de la tête et du cou et de la marche, de préférence une vingtaine de minutes, étaient toutes les recommandations que donnait Cayce.


LA RELAXATION

Le quatrième modalité envisagée par Cayce comme vitale pour une bonne santé était ce qu'il nommait relaxation. En transe, Cayce disait que "l'activité du mental ou force animique du corps peut contrôler le corps tout entier par l'action d'équilibrage du système nerveux sympathique, car ce système est à l'âme et aux forces spirituelles ce qu'est le cérébro-spinal pour les forces physiques de l'entité". Le système nerveux est le véhicule grâce auquel, selon l'expression de Cayce, "le mental en tant que bâtisseur", peut influencer le plus directement le corps.

Les lectures physiques de Cayce divisaient le système nerveux en trois parties : le système cérébro-spinal, comprenant le cerveau et la moelle épinière ; le système nerveux sensoriel, qui incluait les organes des sens ; et le système nerveux sympathique, ou système nerveux autonome [végétatif] sur lequel la personne n'a pas de contrôle conscient. Selon les lectures, le système nerveux sympathique peut être considéré comme "la manifestation cérébrale des forces de l'âme dans le corps". Cayce suggérait aussi que c'est dans ce système que les habitudes – aussi bien bonnes que mauvaises – se créent et se conservent. Ces habitudes gouvernent les liens entre notre esprit et notre corps. Et apparemment quelqu'un peut "corriger des habitudes en en créant d'autres ! C'est valable pour tout le monde !"

Bien que le praticien médical d'aujourd'hui regarde souvent le pouvoir de la "suggestion" comme une pseudo-science, Cayce préconisait souvent la suggestion positive comme devant faire partie du traitement quotidien du patient. Cayce disait que les émotions, qu'elles soient positives et négatives, activent les énergies électriques par le système nerveux, affectant ainsi tout l'organisme. Son message ici était que le système nerveux agit comme un intermédiaire et transporte des impulsions et des instructions à toutes les cellules du corps. Des pensées positives et négatives peuvent donc changer physiquement le fonctionnement de chaque cellule. De nouveau, Cayce était largement en avance sur son temps en mettant le doigt sur le rôle que le stress joue sur la santé. Dans une lecture, Cayce déclarait que "l'inquiétude et la peur [sont] les pires ennemis d'un santé normale du corps". À un autre patient, il disait, "Car les pensées sont des choses réelles ! Et elles ont un effet sur les individus ...elles sont juste aussi concrètes que si on leur enfonçait une aiguille dans la main !"

Ce même thème a été étendu lors d'une lecture pour un médecin de 44 ans."Bien qu'il soit vrai que les médecines, les préparations, les appareils mécaniques ont tous leur place et font partie des forces créatives, il n'en reste pas moins que la capacité d'éveiller l'espoir, de créer la confiance, d'apporter la notion de conviction dans la conscience d'un individu est tout à fait nécessaire", disait la Source. "Ce n'est que lorsque tous les éléments de la structure anatomique de l'être humain sont accordés aux influences divines … qu' une vraie guérison peut survenir."

Cayce disait aussi que la préoccupation pour une maladie particulière pourrait engendrer la manifestation de cette maladie dans sa propre vie. Pour conserver la santé, Cayce suggérait que "le calme, la méditation, pendant une minute, apporteront de la force ...si le corps prend conscience de ce calme, qu'on marche, qu'on soit debout ou qu'on se repose." Et Cayce pressait les patients de trouver un équilibre dans leur vie : "Organisez votre temps afin qu'il y ait une période régulière d'enrichissement du corps physique et aussi de l'être mental et spirituel. Car c'est nécessaire... afin de recréer et reposer le physique, il est de même nécessaire de recréer et de reposer le mental".
avatar
Kiwi
Administratrice
Administratrice

Messages : 1909

http://forum-l-herbe-folle.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Edgar Cayce, père de la médecine holistique moderne

Message par Kiwi le Mar 17 Mar 2015 - 16:18

TOUTES LES FORCES CURATIVES DOIVENT PROVENIR DE L'INTÉRIEUR

Contrastant avec la vision prédominante de médecins qui soignaient exclusivement par la médecine ou la chirurgie, la vision de Cayce était que "sauf pour enlever un état qui est devenu aigu par négligence ou autres causes de même nature, toutes les forces curatives doivent provenir du soi intérieur et de la totalité de l'être physique : car le corps anatomique humain fonctionne en un tout parfait". En ce sens, Cayce voyait le corps humain comme un miracle de la création dans sa capacité à se guérir lui-même. Sa vision devint plus apparente dans une déclaration faite à un groupe de médecins entreprenants qui cherchait une information sur des produits de soin qu'ils voulaient faire fabriquer. Dans cette lecture demandée en leur nom par le fils de Cayce, Hugh Lynn, et son neveu, Tommy House, Cayce a dit, "Il n'existe pas de plus merveilleuse usine dans l'univers que celle du corps humain dans son état de réaction naturel. Car il y a ces machines ou glandes dans le corps capables de produire, à partir de l'air ou de l'eau et des aliments nutritifs donnés au corps ...tous les éléments quels qu'ils soient connus dans le monde matériel !" Cayce disait aussi, plutôt deux fois qu'une, que "toutes les cellules du corps sont un univers en soi."

Dans d'autres lectures, Cayce alla encore plus loin en parlant des propriétés génératrices du corps en suggérant que si une personne maintient une attitude correcte et conserve ses organes bien coordonnés entre eux, elle peut vivre aussi longtemps qu'elle le souhaite : "Car, comme pourrait le dire tout médecin-légiste, il n'y a aucune raison connue qu'une entité ne puisse vivre aussi longtemps qu'elle le désire. Et il n'y a pas de mort, sauf dans la conscience. Parce que tous les autres sont morts, vous vous y attendez et vous mourez !

La capacité d'un être humain à prolonger sa vie, selon Cayce, dépend du fonctionnement correct du système endocrine. Les glandes, disait Cayce, sont "ce qui rend possible le corps à se reproduire". Le système glandulaire sert également de point matériel de contact entre le système nerveux d'une personne et ses "corps spirituels". Les lectures identifiaient sept glandes qui sont aussi connues comme les sept centres, ou "chakras", qui agissent comme des centres de développement pour le corps physique et de centres spirituels majeurs. Ces sept centres se composent des gonades – appelées aussi cellules de Leydig – des surrénales, du thymus, de la thyroïde, de la glande pinéale [sécrète la mélatonine et règle les cycles biologiques] et de la glande pituitaire [ou hypophyse, régulée par les hormones venant de l'hypothalamus]. Dans les années 1930, quand Cayce fit des lectures sur ces glandes, leur raison d'être fut chaudement contestée et à un certain degré, aucune ne sera pleinement comprise par la profession médicale avant un demi-siècle ou plus.
 
Comme pour le système nerveux, Cayce décrivait comment les émotions de la personne affectent l'activité des glandes : "Comme il a été indiqué de plusieurs manières, il existe une certaine activité dans l'organisme produite par la colère, la peur, l'hilarité, la joie ou toute ces forces qui produisent ces activités par l'intermédiaire de la sécrétion glandulaire qui se déverse dans l'ensemble de l'organisme". Ces sécrétions causées par les émotions pourraient faire des ravages sur la santé. "La colère fait sécréter des poisons par les glandes", disait-il. "La joie a l'effet opposé". À une autre occasion, il notait : "Personne ne peut haïr son voisin sans avoir des problèmes d'estomac ou de foie". Personne ne peut être jaloux sans avoir une digestion perturbée ou être affecté de troubles cardiaques." L'assertion peut-être la plus radicale a été de dire que toutes les maladies sont causées par le péché, plus notablement le péché de peur, car il représente un manque de foi. "La peur est la racine de la plupart des maladies de l'humanité", disait-il dans une lecture donnée en juin 1928.

Cayce allait déclarer aussi, en état de transe, que bien que le corps spirituel ne soit pas en réalité contenu dans le corps physique, qu'"il y a un schéma dans le plan matériel ou physique pour chaque maladie, qui existe aussi dans le plan cosmique ou spirituel". C'était pour cette raison, peut-être, que Cayce ne considérait pas la maladie comme étant strictement causée par des problèmes physiques ou qu'il n'envisageait pas de traitement uniquement dans le domaine matériel. La foi et l'anticipation jouent également un rôle important dans le processus de la guérison. Il rappelait aux patients que "...ce que vous demandez en Son nom, ayez confiance et vivez-le [esprit bâtisseur]." Il disait aussi que "un bon fou-rire, la gaieté sont bons pour le corps, physiquement, mentalement et donnent une opportunité d'élargissement du mental et d'un éveil spirituel." Dans une autre lecture il disait : "on a la jeunesse de son cœur et de sa détermination. Restez gentil. Restez amical. Continuez d'aimer si vous voulez rester jeune."

Selon Cayce, l'attitude qui guérit vraiment est la "conscience christique... la seule source de guérison pour le corps physique ou mental." Comme la Source l'a déclaré un jour : "Il n'y a en vérité aucune maladie incurable...ce qui existe est et a été produit par une cause première et elle peut-être retrouvée et contrecarrée, ou changée." Dans une autre lecture, Cayce disait que "toute force, toute guérison de quelque nature qu'elle soit est un changement de vibrations venant de l'intérieur, l'harmonisation du divin dans le tissu vivant du corps avec les énergies créatrices. Cela seul guérit. Que ce soit accompli par l'usage de médicaments, d'un bistouri ou d'autre chose, c'est l'harmonisation de la structure atomique de la force vivante avec son héritage spirituel".

Autant Cayce conseillait à ses patients de ne pas ignorer le spirituel face aux défis de santé, autant il les avertissait de ne pas ignorer non plus leur vie matérielle. Lors d'un diagnostic physique, la Source a dit : "Le corps est constitué du physique, du mental, du spirituel," et "chacun a ses lois, qui fonctionnent mutuellement et l'ensemble est l'homme matériel, ne traitez pourtant pas totalement les maladies physiques par les lois spirituelles ou mentales et ne vous attendez pas de même à une réponse unique." C'est un concept qui peut s'appliquer à tous les aspects de la vie – même en dehors du domaine médical. Nous devons prier et penser positivement, mais nous devons répondre aux préoccupations et problèmes dans le royaume matériel.

Parmi tous les traitements physiques, Cayce considérait la thérapie ostéopathique comme la plus approfondie pour le processus de guérison du corps. "Il n'existe aucune forme de mécano-thérapie physique si totalement en accord avec les dimensions de la nature que des ajustements ostéopathiques correctement exécutés," disait-il. Les ostéopathes, dont les diplômes sont généralement considérés comme équivalents à ceux des docteurs en médecine, accentuent la capacité naturelle du corps à guérir et travaillent par la manipulation du système musculo-squelettique. Comme le déclarait Cayce, "La science de l'ostéopathie n'est pas principalement de mobiliser un certain segment ou de faire craquer les os, mais c'est de conserver un équilibre – par le toucher – entre le système sympathique et le système cérébro-spinal. Cela est de la vraie ostéopathie !"

Dans une lecture particulièrement émouvante datée du 24 mai 1934, dans laquelle il résumait une bonne part de sa philosophie, Cayce discutait de la beauté d'être "un avec Dieu", en un sens spirituel aussi bien que matériel. "Quand la terre fut amenée à l'existence ou dans le temps et l'espace, tous les éléments extérieurs à l'homme peuvent être trouvés dans le corps humain vivant. D'où le fait que la coordination de tous ces éléments, comme nous le voyons dans la nature, comme nous le voyons dans l'air, dans le feu ou dans la terre, font de l'âme, du corps et de l'esprit un facteur de coordination avec l'énergie créatrice universelle que nous appelons Dieu".

De la même façon que Cayce parlait d'être un avec Dieu, il suggérait que les cellules du corps doivent agir de concert pour entretenir la santé. Dans des milliers de lectures médicales, Cayce présentait des traitements physiques dirigés vers une amélioration de la "coordination". Pareillement, le thème de "vibration" était tout à fait évident dans ses commentaires. Comme il l'avait dit dans des lectures pour le moteur Stansell [moteur à mouvement perpétuel qui à l'époque devait révolutionner l'industrie automobile et dont Cayce avait donné les plans, mais dont les expériences furent abandonnées avec l'arrivée de la seconde guerre mondiale] : "La vie dans ses manifestations est vibration, l'électricité est vibration". En ce sens, Cayce suggérait que les mêmes principes d'harmonies qui gouvernent la libération d'énergie sont à l’œuvre dans le corps humain. Tous les remèdes de Cayce étaient destinés à corriger les vibrations des diverses cellules du corps, que ce soit par la médecine, la manipulation ostéopathique de la colonne vertébrale, l'hydrothérapie, l'application de chaleur et de froid, les thérapies électro-magnétiques, ou la simple imposition des mains.

L'un des concepts les plus intéressants concernant la bonne santé et la longévité mis en avant par Cayce était que "il n'y a pas mieux pour améliorer le corps que de servir ton semblable du mieux possible". De même, quand une femme lui demanda combien d'années il lui restait à vivre, Cayce répondit : "Combien d'années souhaitez-vous [sont nécessaires] ? Que votre prière soit toujours : 'Père, aussi longtemps que j'ai la possibilité d'être utile en tant que manifestation de Ton amour sur terre, et tant que je peux être aimable et gentille et vraie et pure envers mes semblables, garde-moi, O Seigneur, ici".

Quand on lui demandait "Qui m'aidera le plus dans mon travail et ma vie quotidienne ?", Cayce répondait simplement, "Dieu". Dans une autre lecture, la Source disait : "L'église est en toi. Car le corps est le temple du Dieu vivant." Et en fait, au-delà de tous les conseils donnés sur l'alimentation, les habitudes, les traitements physiques, les états mentaux, les ajustements d'attitude et les exercices pour garder un corps en bonne santé, un thème sous-jacent apparaissait toujours – la volonté de demander l'aide de Dieu par la prière et croire fermement que l'aide allait venir. À ce sujet, Cayce donnerait peut-être son conseil le plus inspirant et le plus facile à comprendre :

"Ne soyez jamais inquiets tant que vous pouvez prier. Si c'est impossible, vous pouvez commencer à vous faire du souci ! C'est alors qu'il faudra réellement vous inquiéter !"


Par Sidney D. Kirkpatrick et NancyThurlbeck. Traduit par Hélios du BBBlog
avatar
Kiwi
Administratrice
Administratrice

Messages : 1909

http://forum-l-herbe-folle.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Edgar Cayce, père de la médecine holistique moderne

Message par RICHARD.N le Lun 19 Déc 2016 - 14:43

Il est topissime ce texte. Tu m'étonne que le mec c'était un avant-gardiste!!
avatar
RICHARD.N

Messages : 39

Revenir en haut Aller en bas

Re: Edgar Cayce, père de la médecine holistique moderne

Message par Kiwi le Jeu 22 Déc 2016 - 17:05

Oui j'aime beaucoup cet homme. Quand on sait le nombre de gens qu'il a soigné ou aidé.. ainsi que tous les enseignements qu'il nous a laissé sur les anciennes civilisations, ses propheties et tant d'autres choses.. c'est un beau cadeau pour l'humanité
avatar
Kiwi
Administratrice
Administratrice

Messages : 1909

http://forum-l-herbe-folle.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum