Les pionniers de l’alimentation vivante : Ann Wigmore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les pionniers de l’alimentation vivante : Ann Wigmore

Message par Rawmazing Lisboa le Sam 4 Avr 2015 - 22:54

Ann Wigmore et la nouvelle révolution verte (1909-1994)
par Katherine Sirois



Généralement considérée aux Etats-Unis, dans le milieu de la nutrition thérapeutique, comme « la grand-mère de la raw food », son nom plane sur le mouvement du crudivorisme un peu à la manière d’un ange ou d’une figure bienveillante prodiguant discrètement ses bienfaits. Si elle est moins familière en Europe, dû notamment à l’impossibilité actuelle de trouver en traduction française ses ouvrages, sa réputation n’est plus à faire sur le territoire transatlantique où elle a œuvré jusqu’en 1994. Ann Wigmore a été la grande pionnière de l’usage des jus d’herbe de blé et de l’alimentation vivante qu’elle n’a cessé de présenter comme les deux voies royales de guérison et d’épanouissement de l’individu sur les plans corporel, mental, affectif et spirituel. Elle est célèbre pour avoir été la fondatrice en 1961, avec Viktoras Kluvinskas, du fameux Institut Hippocrate qui se trouve actuellement à West Palm Beach en Floride et qui attire chaque année des milliers de visiteurs de toutes les provenances. Internationalement reconnu comme un haut lieu de médecine naturelle et non invasive, il est issu à l’origine de la Red Schoolhouse, créée par A.W. en 1956, à Stoneham. De 1961 à 1994 l’Institut se trouvait à Boston, avant l’incendie qui y survint et qui fut responsable de la mort accidentelle d’Ann.

Née en Lituanie au début du XXe siècle, Ann Wigmore débarque à Ellis Island en 1922 à l’âge de treize ans pour y rejoindre ses parents qui avaient déjà fait la traversée avant la guerre. Elle raconte dans son autobiographie Why Suffer?: How I Overcame Illness & Pain Naturally / Pourquoi souffrir? Comment j’ai vaincu la maladie et la souffrance naturellement le rôle essentiel qu’a eut pour elle sa grand-mère lituanienne avec qui elle vécut plusieurs années avant le départ pour les Etats-Unis. La grand-mère d’Ann avait en effet une formidable connaissance des plantes médicinales et en faisait des remèdes efficaces pour soigner les soldats blessés pendant la guerre. Se trouvant elle-même malade de naissance avec divers maux, puis, dans les années cinquante, atteinte d’un cancer du colon, A.W. se rappela alors des méthodes naturelles utilisées par sa grand-mère et réussit à résorber son cancer et à se guérir complètement par le biais des plantes médicinales et d’une alimentation entièrement végétale. Ayant ainsi expérimenté et constaté les puissants effets de ces deux composantes trop ignorées par la communauté médicale, elle se consacra entièrement et passionnément à l’étude, à la recherche et à la diffusion de ses connaissances jusqu’à sa mort, en 1994.
« Une alimentation à base d’aliments vivants représente une nutrition exceptionnelle,
car c’est reconnaître et apprécier les différences entre aliments crus et plats cuisinés, et entre nutriments naturels et synthétiques.
Les cours de diététique conventionnelle laissent peu de place au débat
quant à la valeur des enzymes et des forces vitales dans les aliments,
ou les mérites des aliments vivants (crus) comparés à ceux des aliments cuits.
Cependant, traduite en termes de santé, la différence est à peu près la même qu’entre
déborder de vitalité et de santé et se contenter de respirer ».

Praticienne de la santé holistique, nutritionniste, éducatrice et conférencière à travers le monde, elle a publié une quarantaine d’ouvrages sur différents aspects de la santé, du bien-être, de l’alimentation et de la spiritualité. Des titres tels que L’Alchimie du changement, Le Pouvoir de guérison en soi, Soyez votre propre médecin, Pourquoi vous n’avez pas à vieillir, Rebâtissez votre santé, L’alimentation pour la santé globale, Le mode de vie de l’alimentation vivante, La Célébration de la vie, L’alimentation spirituelle, Guérir l’esprit par l’alimentation… illustrent bien son engagement, à la fois dans la diffusion des connaissances sur les liens indissociables entre la santé et la nutrition, mais aussi son action pour la responsabilisation, l’autonomisation et l’épanouissement des personnes à tous les niveaux.

Car en effet, chaque livre apparaît comme une invitation franche et joyeuse à apprendre à se connaître soi-même et à s’engager sur la voie de l’éveil permettant une mutation profonde des pratiques et des habitudes à l’échelle individuelle et sociale, ainsi que l’atteinte d’un bien-être durable et accessible pour tous. Ses travaux s’inscrivent dans le courant alternatif, libre et avant-gardiste des années soixante tel qu’on le trouve exprimé au même moment en France, par exemple, dans la revue Planète, fondée par les auteurs du Matin des Magiciens qui avaient à cœur, eux aussi, de travailler « à répandre le savoir de telle façon que les responsables agissent pour un nombre sans cesse croissant d’intelligences informées […] ». Tel fût la noble entreprise d’Ann Wigmore.

Les plus connus de ses livres portent sur les pouvoirs thérapeutiques de l’alimentation, des graines germées et du jus d’herbe de blé, cette boisson tonique de chlorophylle, véritable explosion de vitalité et d’énergie curative et reconstituante, de vitamines, de minéraux, d’acides aminés et d’enzymes digestives. Plus que seulement le "sang des plantes", la chlorophylle est décrite par Ann Wigmore, dans la continuité des recherches du docteur Bircher, fondateur de la célèbre clinique Bircher-Benner en Suisse, comme de la pure énergie solaire condensée. L’énergie concentrée des jus, contrairement à celle que l’on pourrait encore retrouver dans les produits animaux par exemple, est de « première main », c’est-à-dire qu’elle est directement assimilable par l’organisme sans qu’aucune dépense énergétique digestive ne soit nécessaire. Cette puissance solaire, très concentrée dans le jus d’herbe, se retrouve également dans tous les légumes verts, les feuilles, les plantes sauvages comestibles et les graines germées à l’état frais et cru.

Elle a également publié une série d’ouvrages plus orientés sur les applications pratiques au quotidien des techniques et savoir-faire liés au mode de vie renouvelé et global que représente l’alimentation vivante. Car changer son alimentation a un impact sur toutes les autres dimensions de la vie, de la santé et du bien-être. « Apprendre en faisant » est un maître-mot chez elle avec des guides de cuisine, de jardinage, de soins de beauté, de relaxation, de soins énergétiques, etc. Elle a aussi écrit sur l’importance de revenir à des cultures biologiques pour la guérison du Vivant dans son ensemble (Organic Earth…).
« Ce dont nous avons le plus besoin aujourd’hui,
c’est d’un changement fondamental dans notre manière de nous nourrir et dans nos modes de vie,
seul capable de nous procurer un corps plus résistant et en meilleure santé nous permettant
de surmonter les nombreux problèmes auxquels nous devons faire face dans le monde d’aujourd’hui ».

Comme Norman Walker, Ann Wigmore a explicitement dénoncé la dénaturation de la nourriture et les traitements industriels des aliments auxquels sont ajoutés des milliers d’additifs chimiques incontestablement nocifs à tous les niveaux et particulièrement, peut-être, au niveau de l’équilibre délicat du système endocrinien et du système nerveux. Contre cette alimentation responsable de la pollution de la Terre et des êtres vivants, ainsi que des maladies dégénératives, ayant pris des proportions endémiques, elle prône un retour à une agriculture familiale, afin de contrôler le contenu de notre assiette. Cela passe à la fois par l’approvisionnement local chez les petits producteurs bio régionaux, ainsi que par une autoproduction chez soi des graines germées et de l’herbe de blé, véritable petit jardin intérieur. Elle désignait comme « nouvelle révolution verte » ce travail de réforme globale devant être mené en commun et à différents niveaux de la société, pour la désolidarisation de la recherche scientifique et de l’industrie et pour une harmonisation de la production avec la nature, ses cycles et sa biodiversité (la non indépendance de la recherche vis-à-vis des intérêts économiques, a démontré jusqu’au jour d’aujourd’hui, ses réels effets dévastateurs dans un monde où pouvoirs politiques, intérêts financiers d’une minorité et sciences s’occultent les uns les autres). Réforme et « nouvelle révolution verte » donc, consistent aussi, selon ses mots, à simplement « faire entrer des plantes, des herbes et autres aliments verts dans nos maisons et nos vies ».
« Si vous ajoutez à votre régime alimentaire l’herbe de blé et les aliments vivants,
cela va vous procurer une vitalité et une confiance en vous renouvelées.
Ce petit investissement en temps et en effort va vous offrir un trésor plus précieux que tout l’or du monde :
savoir que vous faites tout ce qui est en votre pouvoir pour obtenir une santé parfaite, une longue vie et la paix de l’esprit ».


Aussi, et de façon très innovatrice, A.W. avait déjà assimilé les découvertes issues des recherches dans le domaine de l’épigénétique et reconnaissait parfaitement l’importance des habitudes, des milieux et de la qualité de l’environnement dans l’expression du code génétique et donc, dans l’émergence et l’évolution des facultés positives et constructives ou, au contraire, des maladies et des limitations de toutes sortes.
« C’est là une erreur tragique que d’abandonner notre propre responsabilité
en ce qui concerne notre santé jour après jour ou d’en rejeter le blâme sur quelqu’un d’autre ».

Ainsi, engagée dans des courants philosophiques et éthiques de sensibilité et de réflexion, Ann Wigmore invite chacun à acquérir les bases essentielles et à se former plus en avant dans le domaine de la santé, de la physiologie, de la nutrition et à se lancer dans une réflexion personnelle sur les diverses facettes et éléments qui constituent un mode de vie générateur d’éveil, d’équilibre, d’harmonie et d’abondance, mais aussi de confiance et de paix intérieure pour une transformation et une élévation des consciences à l’échelle planétaire.

La santé, proclame-t-elle, est un droit inné dont chaque personne devrait pouvoir jouir.

Enfin, pour l’anecdote, A.W. est souvent citée dans les livres de recettes crudivores pour sa fameuse invention, le Réjuvélac qui est une boisson fermentée vitalisante préparée à partir de grains germés et qui est surtout utilisée pour la préparation des fromages végétaux.

Ses méthodes thérapeutiques par le biais de l’alimentation crue et végétalienne constituent la base du programme de guérison de l’Institut Hippocrate en Floride et sont également appliquées à l’Institut Natural Health-Ann Wigmore à Puerto Rico ainsi qu'au Living Food Institut en Suède. Elles seront prochainement, semble-t-il, intégrées de façon inédite à un cursus universitaire médical, en Lituanie, en son honneur.
Toutes les citations sont tirées de L’herbe de blé. Source de santé et de vitalité, Jouvence Editions, 2001 [1985].
avatar
Rawmazing Lisboa

Messages : 5

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les pionniers de l’alimentation vivante : Ann Wigmore

Message par Kiwi le Mar 7 Avr 2015 - 22:17

Coucou Rawmazing Lisboa

J'ai entendu parlé de ce cursus universitaire qui vas intégrer ce programme. Sais tu si en Litianie il sont trés tournés sur l'alimentation vivante, ou bien est-ce juste parce Ann Wigmore viens de ce pays et fût par la suite connue, qu'ils ont voulus la mettre à l'honneur?
avatar
Kiwi
Administratrice
Administratrice

Messages : 1928

http://forum-l-herbe-folle.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les pionniers de l’alimentation vivante : Ann Wigmore

Message par Rawmazing Lisboa le Mer 8 Avr 2015 - 0:27

Coucou Kiwi !

Oui j'ai découvert cette information, comme toi, par le biais de l'article publié sur santé et nutrition.org :

http://www.sante-nutrition.org/le-mode-de-vie-raw-vegan-vegetalien-cru-fait-son-entree-dans-un-cursus-universitaire-medical/

Je ne pense pas que ce mode de vie soit répandu en Lituanie au niveau de la population, mais qu'en effet, au niveau universitaire, on souhaite intégrer les méthodes et expériences acquises depuis 60 ans à l'Institut Hippocrate dans un cursus médical. L'idée est aussi de rendre hommage à Ann Wigmore par la même occasion ! Voici le texte qui provient d'un entretien réalisé avec Brian Clément lors du Sommet sur le Cancer en Septembre 2014 et qui fut généreusement traduit par Colette de Veg an’ Bio :

"Répandre la bonne parole
Il y a 3 ans nous avons souhaité élever un mémorial à la mémoire de notre fondatrice, Ann Wigmore, dans son pays de naissance, la Lituanie. J’ai été agréablement surpris par ce pays que je ne connaissais pas. Un pays récemment libéré de la Russie, dynamique, souhaitant activement la démocratie, la liberté, tout ce dont il avait été privé pendant longtemps.
Nous avons donc décidé de faire un tour des écoles de médecine. Et là je me suis vu encensé au sujet de l’institut, de ses travaux, en disant qu’Ann Wigmore était formidable, que nous étions les meilleurs au monde, que tout le monde devrait faire ce que nous faisions, etc... Le doyen étant présent, avec ma grande gueule d’irlandais je me suis exclamé qu’ils mentaient... que s’ils pensaient tout cela pourquoi leurs écoles de médecine n’enseignaient-elles pas ce que nous enseignons ? A quoi il m’a été répondu qu’ils allaient essayer. Je n’y croyais pas trop.
Et puis durant une semaine nous avons travaillé au mémorial pour la prochaine cérémonie. C’est alors que nous avons reçu un appel et appris que le Ministère de la Santé souhaitait me rencontrer.
J’ai amené des collègues comme le Dr Dean, le Dr Campbell de l’Université Cornell, le Dr Esselstyn de la clinique de Cleveland (Cette année en octobre, pour la 3ème année, je serai accompagné par le Dr Esselstyn pour intervenir dans une école de médecine majeure et faire une conférence sur le cancer).
La grande nouvelle c’est que nous pouvons anticiper que dans les deux ou trois années à venir la première école de médecine intégrant le mode de vie Hippocrate ouvrira ses portes aux étudiants de toute l’Europe qui le souhaiteront. Ils y apprendront ce que tous les autres médecins apprennent mais leur cursus intégrera le mode de vie dont il faut tenir compte pour retrouver ou maintenir la santé".
avatar
Rawmazing Lisboa

Messages : 5

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les pionniers de l’alimentation vivante : Ann Wigmore

Message par Kiwi le Mer 8 Avr 2015 - 9:47

Ouiiii, moi aussi j'ai publié une partie de cet entretien avec Brian Clément!

Voir ici:
http://forum-l-herbe-folle.forumactif.org/t511-le-cancer-entretien-avec-brian-clement

Il parle d'étudiants d'université d'autres pays qui s'interessent à ses travaux sur le cancer. On sens bien que le vent tourne et qu'il y a une nouvelle vision qui se met en place doucement. Dailleurs ca ne concerne pas que l'impact de l'alimentation sur la santé. Il y a aussi l'aspect psychique qui interesse beaucoup. Par exemple on commence aussi à inclure l'étude de la méditation dans certains cursus car on s'est rendu compte qu'elle pouvait avoir de grands bienfaits sur la santé, surtout dans le cas de maladies lourdes ou pourla gestion de la douleur.

La meditation est même rentrée dans beaucoup d'entreprises et notamment dans la Silicon Valley ou elle est imposée (ou proposée) aux cadres supérieurs. On s'est rendu compte par de nombreuses études qu'elle avait un impact extraordinaire sur la gestion du stess et sur les performances intellectuelles.

Bref, ca fait plaisir de voir les choses avancer.. même si c'est à petit pas.

Les vertues du Jeûn, c'est pareil, on commence à le reconnaitre de façon plus large qu'auparavant. On ne parle pas encore de vrai jeûn curatif, mais plutôt de jeûn intermittent.. Mais disons que c'est perçu par certains médecin comme quelque chose de favorable pour le corps. Il existe dans des pays de l'est ou en Suisse des centres de Jeûn médicalisés qui sont un peu comme l'institut Hyppocrate des lieux d'avant garde, avec le rayonnement en moins car il n'y a pas l'effet mode que peuvent avoir ce genre de centre en Californie!
avatar
Kiwi
Administratrice
Administratrice

Messages : 1928

http://forum-l-herbe-folle.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les pionniers de l’alimentation vivante : Ann Wigmore

Message par Rawmazing Lisboa le Mar 14 Avr 2015 - 17:46

Merci merci Kiwi pour la référence à ton article : LE CANCER Extrait d'un entretien avec Brian Clement. C'est très très intéressant et je suis heureuse d'avoir pu prendre connaissance de cette importante intervention de Brian Clément grâce à toi !

Par contre, le centre Hippocrate n'est pas en Californie, mais en Floride ! Mais je vois bien ce à quoi tu fais référence en parlant d'effet de mode

Je publie maintenant un article sur Arnold Ehret dans lequel j'ai pu retracer certaines origines du mouvement crudivore en Suisse justement, mais aussi en Allemagne. J'espère qu'il pourra apporter de nouvelles lumières sur le crudivorisme et l'hygiénisme !
avatar
Rawmazing Lisboa

Messages : 5

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum