DOSSIER: Guérir des maladies mentales en soignant l'intestin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

DOSSIER: Guérir des maladies mentales en soignant l'intestin

Message par Kiwi le Lun 14 Mar 2016 - 7:32



DOSSIER:
Guérir des maladies mentales en soignant l'intestin


Interview avec le docteur Guillaume Fond

Notre intestin responsable de maladies mentales ? Autisme, trouble bipolaire, schizophrénie, dépression… Depuis 15 ans, des études s’accumulent pour montrer que des perturbations de la flore intestinale sont un facteur de déclenchement. Le docteur Guillaume Fond, psychiatre à l’hôpital Henri-Mondor et chercheur en psychiatrie à l’INSERM, a fait le bilan. Il parle désormais de psychomicrobiotique, un domaine de recherche en plein essor. Pour ARTE Future, il est revenu sur cette lente prise de conscience qui promet une révolution dans notre façon d'appréhender les maladies mentales.

Comment est née la psychomicrobiotique ?

Guillaume Fond : Suite au décryptage du génome humain, on a eu de grands espoirs pour expliquer toutes les maladies par la génétique. Mais, pourquoi, avec une même prédisposition génétique, les maladies ne se déclenchent que chez certaines personnes ? On se rend compte que c’est vraiment une interaction entre les gènes et l’environnement ; l’influence du microbiote est l’une des grandes hypothèses pour expliquer ces inégalités. La psychomicrobiotique, c’est l’étude des interactions entre le cerveau et le microbiote intestinal et c’est vraiment bidirectionnel. Par exemple, quand le cerveau dysfonctionne, il peut provoquer des diarrhées ou de la constipation.

Quand a-t-on commencé à prendre conscience de l’influence de ce microbiote ?

G.F. : C’est une montée en puissance depuis les années 2000. Il y a d’abord eu une étude importante sur des souris nées par césariennes en conditions stériles. En l’absence de colonisation bactérienne, elles développaient des troubles anxieux très sévères. Mais lorsqu’on leur administrait des probiotiques - des « bonnes bactéries » - pour coloniser leurs tubes digestifs, ces troubles disparaissaient. Par contre, si l’on tardait trop à administrer les bactéries, les troubles anxieux étaient irréversibles. Il y a donc une fenêtre temporelle où la colonisation du tube digestif est capitale pour le développement cérébral, et notamment du système du stress.

Et chez l’être humain ?

G.F. : En 1910 déjà, un médecin indiquait qu’il traitait des mélancolies avec des extraits de yaourt. Mais ce n’est qu’à partir de 2009 que l’on a commencé à faire des études et observer les premiers résultats sur l’humain. Une publication témoignait que les êtres humains pouvaient se répartir en trois groupes selon leur microbiote : on a alors parlé d’entéroype selon les espèces majoritaires dans l’intestin – Bacteroides, Prevotella ou Ruminococcus. Mais ce résultat reste encore controversé.
En ce moment, nous travaillons sur une comparaison entre des gens nés par césariennes et par voie naturelle chez les schizophrènes. Pour l’instant, nos résultats préliminaires sont complétement contre-intuitif : les personnes nées par césariennes sont plus minces. La flore vaginale de la mère joue un grand rôle dans la composition du microbiote, or chez ces personnes ce sont d’autres bactéries qui colonisent l’intestin. On sait que le microbiote se constitue principalement dans les trois premières années de la vie à partir de la naissance et dépend de l’allaitement.

Est-ce justement cette fenêtre temporelle de la colonisation qui explique qu’on ne devienne pas autiste à 30 ans ?

G.F. : Exactement, c’est une différence nette entre l’autisme et la schizophrénie : l’autisme est diagnostiqué avant l’âge de trois ans. On fait l’hypothèse d’un traumatisme immunologique ou infectieux qui impacterait le développement cérébral selon le terrain génétique de la personne. On retrouve en effet des gènes de vulnérabilité  chez les personnes schizophrènes ou autistes. Comme les anomalies sont retrouvées dans la fratrie d'enfants autistes, cela suggère aussi des facteurs environnementaux communs. On recherche donc tout ce qui est alimentaire : produits industriels, colorants. Par ailleurs, il y a plus de dix ans, des chercheurs ont montré que l’on pouvait faire disparaître les troubles autistiques grâce aux antibiotiques. Le résultat est assez extraordinaire, mais utiliser un antibiotique, c’est décapiter la flore intestinale. C’est trop dangereux, il y a des résistances, des effets secondaires et ça coute cher.

Comment a-t-on fait le lien entre les anomalies du microbiote et la santé mentale ?

G.F. : Il y a plusieurs voies qui connectent le tube digestif au cerveau : la synthèse de vitamines et de nutriments en général et celle du système sanguin avec la perméabilité du système intestinal… On a beaucoup d’argument pour dire que les pathologies mentales sont liées à des anomalies de la perméabilité intestinale. Une des fonctions du « bon » microbiote est justement de protéger la muqueuse intestinale. Donc dès que le microbiote commence à être perturbé, des molécules du tube digestif passeraient dans le sang et feraient dysfonctionner le cerveau et le reste des organes, y compris le cœur et le foie…
Par exemple, on traite certaines dépressions résistantes par des stimulations vagales, on met des pacemakers dans la cage thoracique pour aller stimuler le nerf vague. On pourrait faire l’hypothèse qu’un microbiote dysfonctionnel entraînerait un défaut de stimulation du nerf vague. Plutôt que d’aller stimuler le nerf vague, il faudrait remettre du microbiote fonctionnel. C’est la question des greffes fécales. Mais pour les maladies psychiatriques, on n’y est pas encore. Ça va demander beaucoup d’efforts et d’investigation…

Que faut-il attendre de ce nouveau pan de la médecine ?

G.F. : Pour l’instant les gens sont sceptiques et considèrent que c’est une mode. Un peu comme l’ulcère gastroduodénal. Jusque dans les années 80, on pensait que c’était à cause du stress et que seule la psychothérapie pouvait le soigner. Puis en 1982, deux chercheurs ont publié des résultats en disant que c’était dû à une bactérie. On pensait qu’aucune bactérie ne pouvait résister à l’acidité de l’estomac. Ils ont mis en évidence Helicobacter pylori, une bactérie responsable de 90% des ulcères. Depuis on sait les soigner.
De manière semblable, pourquoi avons-nous tant tardé à nous intéresser au microbiote ? Parce qu’on n’avait pas les techniques pour l’étudier. On commence à les avoir, mais ça reste compliqué car il y a différents types de microbiote selon l’endroit du tube digestif.
Je suis pourtant persuadé qu’on va trouver des choses. Il ne faut pas s’imaginer que tout est microbiote ; l’idée serait de dire que toutes les maladies mentales peuvent avoir une origine dans le microbiote, mais elles peuvent aussi avoir une origine ailleurs. Il ne faut pas s’imaginer que toutes les maladies se soigneront à partir de l’alimentation et des transplantations fécales, mais il est indispensable de regarder ce qu’il se passe dans notre tube digestif. C’est le potentiel énorme d’une terra incognita.

Propos recueillis par Adrian Bonte ( Arte TV)
avatar
Kiwi
Administratrice
Administratrice

Messages : 1909

http://forum-l-herbe-folle.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: DOSSIER: Guérir des maladies mentales en soignant l'intestin

Message par Kiwi le Lun 14 Mar 2016 - 7:49

LE CAS DE L'AUTISME CHEZ L'ENFANT ET L'ADULTE


Explications de Natacha Campbell



Documentaire sur le lien entre autisme et microbiote intestinal




Le cas de David qui souffrait depuis toujours de troubles comportementaux assez violents.
Classé comme AUTISTE ASPERGER, il a entrepris avec l'aide de sa compagne un changement alimentaire...
Qui lui a permis de résorber ses souffrances.
avatar
Kiwi
Administratrice
Administratrice

Messages : 1909

http://forum-l-herbe-folle.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: DOSSIER: Guérir des maladies mentales en soignant l'intestin

Message par Kiwi le Lun 14 Mar 2016 - 8:05

ALZHEIMER ET MALADIE DE PARKINSON

Pour ce qui est des maladies neuro-dégénératives, des études ont notamment été menées dans la sclérose en plaques (SEP), la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer. Les hypothèses dans la SEP sur fondées sur des données expérimentales. Des travaux (Berer et al, 2011) ont ainsi suggéré que des modifications du microbiote induites notamment par l’utilisation d’antibiotiques modifiaient la sévérité de l’encéphalomyélite auto-immune (EAE), modèle animal de SEP.

Une étude finlandaise récente vient, quant à elle, d’établir pour la première fois un lien entre la composition du microbiote intestinal et la maladie de Parkinson, en montrant une altération morphologique de la barrière épithéliale intestinale (Clairembault et al, 2015) et une potentielle dysbiose chez les patients atteints (Scheperjans et, 2015). La relative abondance d’entérobactéries chez les patients atteints de la maladie de Parkinson a été associée positivement à la sévérité des symptômes d’instabilité posturale et de difficultés à la marche (Clairembault et al, 2015).

En ce qui concerne la maladie d’Alzheimer, aucune étude n’est actuellement disponibles chez l’homme, ni même chez l’animal, mais il a été montré que des bactéries du microbiote avaient la capacité de produire in vitro en quantité notable des peptides amyloïdes biologiquement similaires à ceux retrouvés dans le système nerveux central des malades (Bhattacharjee et al, 2013). D’autres recherches sont en cours (Hill et al, 2015).



Dernière édition par Kiwi le Lun 14 Mar 2016 - 12:13, édité 1 fois
avatar
Kiwi
Administratrice
Administratrice

Messages : 1909

http://forum-l-herbe-folle.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: DOSSIER: Guérir des maladies mentales en soignant l'intestin

Message par Kiwi le Lun 14 Mar 2016 - 8:28

La science actuelle découvre que les bactéries qui composent notre flore intestinale:
- influencent nos choix alimentaires
- influencent certains de nos goûts et décisions
- influencent nos humeurs et nos états psychiques
- influencent nos comportements
- sont impliqués dans la depression, le stress et les troubles anxieux
- sont à l'origine de la plupart des maladies neuro-dégénératives et maladies psychiatriques
- qu'un grand nombre de maladies commencerait dans les intestins par une modification de la flore (appelée  dysbiose intestinale) Bien que ce fait est deja largement connu par les naturopathes qui travaillent depuis toujours sur la notion de " Terrain"
- que notre alimentation aurait un impact direct sur notre santé mentale et psychique, ainsi que nos comportements.


Et ça n'est que le début de ce champs de découverte qui s'ouvre à nous...
avatar
Kiwi
Administratrice
Administratrice

Messages : 1909

http://forum-l-herbe-folle.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: DOSSIER: Guérir des maladies mentales en soignant l'intestin

Message par NaturAdmin le Mar 15 Mar 2016 - 9:47

CERTAINS CAS DE PATHOLOGIES PSYCHIATRIQUES

Voici un cas de Psychose schizoprénique régulé grace à un retour à une alimentation physiologique ( sippression de tous les poisons majeurs). Eric a vécu 30 ans de maladie psychiatrique sans jamais résoudre son problème avec les méthodes de soins classiquement adoptées dans des cas comme le sien. Il a suffit qu'il change son alimentation et restaure sa flore pour que le problème se régule naturellement par l'effet bien connu d'homéostasie. On vois bien l'impact de l'alimentation sur l'état de la flore intestinale... Et ce qui en découle sur le plan psychique

avatar
NaturAdmin
Administratrice
Administratrice

Messages : 399

http://forum-l-herbe-folle.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: DOSSIER: Guérir des maladies mentales en soignant l'intestin

Message par NaturAdmin le Mar 29 Mar 2016 - 10:55

Voici une conférence qui change les points de vue sur l'alimentation et son impact sur notre vie. L'alimentation as t-elle un impact sur le cerveau et sur le comportement? Peut-on faire des crises de rage, des accidents cérébraux, des crises de démences, devenir violent et délinquant à cause de ce que l'on mange? Comment guérir de troubles neurologiques, physiologiques ou comportementaux en modifiant simplement notre alimentation?

Le Dr Russel Blaylock est un neurochirurgien américain reconnu dans le domaine de l'alimentation, des maladies neurodégénératives et de la toxicité de l'alimentation. Il nous livre ici des éléments essentiels pour conserver ou retrouver la santé dans un monde où l'environnement et l'alimentation sont inondés de substances chimiques et d'excitotoxines qui s'attaquent à notre cerveau

avatar
NaturAdmin
Administratrice
Administratrice

Messages : 399

http://forum-l-herbe-folle.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum